Huawei dégaine un nouveau smartphone milieu de gamme

Huawei dégaine un nouveau smartphone milieu de gamme

Le numéro trois mondial des smartphones a dévoilé ce jeudi un nouveau terminal. Baptisé P Smart, celui-ci sera disponible au début du mois de février à partir de 259 euros.

Huawei poursuit son offensive dans le mobile. Ce jeudi, le géant chinois, spécialisé dans les équipements télécoms et numéro trois mondial des smartphones, a levé le voile sur un nouveau terminal, le P Smart. Dans un communiqué, le groupe de Shenzhen précise qu’il sera disponible à compter du 1er février à partir de 259 euros. Ce faisant, Huawei montre qu’à côté de sa politique de montée en gamme, visant à proposer des terminaux premium capables de concurrencer ceux d’Apple ou de Samsung, il n’en délaisse pas pour autant sa stratégie d’offrir des smartphones de milieu de gamme à prix doux. Avec, entre autres, l’objectif de séduire les jeunes, connectés, et qui ne souhaitent pas mettre des fortunes dans leur mobile.

Dans son communiqué, Huawei précise que son P Smart dispose « d’un écran FullView bord à bord, et d’un format 18:9 pour bénéficier d’une immersion complète », « d’une batterie de 3.000 mAh », et « d’un double appareil photo de 13 MP et 2 MP ». Côté mémoire, le terminal dispose « de 32 Go, extensible jusqu’à 256 Go avec une microSD ». Cité dans le communiqué, Walter Ji, le président de Huawei Consumer Business Group pour l’Europe de l’Ouest, promet « une expérience premium, à un prix accessible pour tous ».

L’Europe, un marché de choix

Avec ce nouveau terminal, Huawei confirme que l’Europe demeure au cœur de sa stratégie. Et ce, à défaut de pouvoir vraiment se lancer aux Etats-Unis, un marché phare où il a toutes les peines du monde à faire son nid. Pour rappel, en plein Consumer Electronics Show, le plus grand salon mondial de l’électronique grand public, qui s’est déroulé à Las Vegas la semaine dernière, Huawei a échoué à nouer un partenariat avec AT&T, le numéro deux américain du mobile, pour distribuer son dernier « flagship » : le Mate 10 Pro.

Cet accord ne plaisait guère à plusieurs élus du Congrès. Le 20 décembre, certains d’entre eux avaient adressé une lettre à Ajit Pai, le président de la Commission fédérale des communications américaines (FCC). Dans cette missive, ils jugeaient que le groupe chinois constituait « une menace pour la sécurité des États-Unis », évoquant un risque d’espionnage en faveur de Pékin.