09 février 2017

Demain les caméras de vidéosurveillance seront intelligentes et… chinoises

Demain les caméras de vidéosurveillance seront intelligentes et… chinoises

C’est un cadeau de 2 millions d’ € que va faire Huawei, géant des nouvelles technologies chinois, en renouvelant complètement le système de caméras de la ville-centre. L’industriel a besoin d’une plate-forme pour présenter son savoir-faire pour les systèmes intelligents.


L’instant de la signature, entre Xavier Bertrand et Karl Song. Merci, c’est cadeau.

Ce n’est pas d’habitude, un monstre de froideur. Mais rarement on aura vu le député-maire de Valenciennes aussi réjoui, en conférence de presse. Et pour cause, si l’on en juge par la confidence lâchée en fin de réunion. «  À la louche, un cadeau de 2 millions d’euros fait à la ville  », pour qu’elle serve de lieu d’expérience, puis de show-room pour d’autres clients. On sait aussi maintenant d’où vient le cadeau. Jean-Louis Borloo est membre du « board », le conseil de surveillance du groupe chinois Huawei. C’est lui qui a proposé la capitale du Hainaut, quand ses interlocuteurs cherchaient une piste d’atterrissage. À l’Assemblée nationale, son successeur a tout mis en musique.

Huawei, c’est 70 000 employés

Jamais aussi on aura vu à Valenciennes une aussi forte délégation chinoise, conduite par Karl Song, le patron français d’Huawei. La firme est née dans les télécommunications, a grandi dans le service aux entreprises et le mobile, nouvel eldorado. Du lourd, avec 70 000 employés dans le monde. Qui veut pousser son avantage dans la nouvelle technologie, celles des cités intelligentes, les fameuses « smart-cities ». C’est plus précisément son système de « safe-city », ville sûre, qu’elle va déployer ici. Gratuitement.

Ce que Valenciennes y gagne. D’abord, un système de video surveillance plus étoffé, avec 217 caméras à terme, contre 150 aujourd’hui. Le réseau est déjà présent jusque dans la périphérie, mais sera ainsi densifié, en particulier autour des crèches et écoles. Même le Vignoble sera couvert.

7 nouvelles caméras-test dès mars

Ensuite, un parc remis à neuf, avec de nouvelles caméras haute définition, à même de zoomer avec plus d’acuité. Mais le gain sera aussi dans l’intelligence du système. Le centre de commandement de la police municipale stocke 80 terraoctets d’images. Avec une telle masse de données, la difficulté c’est de cibler l’info. Le logiciel de Huawei, grâce à son algorithme, pourra repérer, par exemple, les mouvements inhabituels, de foule, ou autres. Laurent Degallaix voit plus loin. Jusqu’à l’image de vidéosurveillance envoyée sur le mobile du policier en patrouille.

Les protections juridiques de respect de la vie privée restant identiques (on ne filme pas l’intérieur des maisons !), ne reste plus qu’à déployer. Dès mars, sept nouvelles caméras-test fonctionneront à la gare. L’ensemble du dispositif sera installé en 2017. En attendant une nouvelle salle de commandes pour la municipale ?