02/03/2018

Les grandes ambitions de Huawei dans l'intelligence artificielle

Les grandes ambitions de Huawei dans l’intelligence artificielle

Le constructeur chinois a présenté mardi sa stratégie pour les années à venir lors d’un événement organisé à Shenzhen, en Chine. L’intelligence artificielle y aura une place importante dans les années à venir.

La prochaine génération de réseau mobile, la 5G, aurait presque pu passer inaperçue mardi lors du Huawei Analyst Summit, la conférence annuelle du constructeur chinois à Shenzhen, la capitale mondiale de la tech, face à l’intelligence artificielle. Sur scène, devant un peu plus de 500 personnes venues du monde entier, le CEO de Huawei, Éric Xu, et ses équipes ont passé plus de deux heures à présenter leur feuille de route pour les sept ans à venir. Alors que les usages grands publics de la 5G sont encore incertains, la marque mise beaucoup sur l’intelligence artificielle (IA) et propose déjà plusieurs solutions.

« L’intelligence artificielle sera présente dans tous nos produits »

Après la présentation, fin mars, à Paris, de son nouveau smartphone haut de gamme, le P20, qui embarque une puce d’intelligence artificielle, le constructeur veut aller plus loin. « Nous voyons l’intelligence artificielle comme une technologie qui rend possible. Elle sera présente dans tous les produits de Huawei », a promis le CEO du groupe. Mais, de son aveu même, l’intelligence artificielle est devenue « un buzzword » et une technologie à laquelle il est encore nécessaire de trouver des usages précis. « Les gens n’achètent pas un smartphone pour l’intelligence artificielle, ils l’achètent pour sa batterie ou la qualité de ses photos, c’est pour cela que nous avons mis l’intelligence artificielle au service de la qualité des images et de la gestion de la batterie », précise Felix Zhang, vice-président en charge de l’ingénierie logicielle.

Pour que l’IA trouve son public, Huawei prévoit donc de travailler sur quatre points : sa simplicité d’usage pour rendre les interactions plus naturelles, la qualité des services pour mieux répondre aux besoins des utilisateurs, la rapidité de fonctionnement pour que les réponses soient présentées immédiatement et enfin la sécurité. « Personne n’a envie de compromettre la sécurité de ses données », a lancé Felix Zhang, dans ce qui sonne comme un clin d’oeil à Facebook. Pour ce qui est des usages, la traduction, déjà présente dans certains produits, sera un premier axe de développement. « Moi, je ne parle pas bien l’anglais, mais je pourrais utiliser la traduction et l’intelligence artificielle pour ne plus être gêné et vous parler en anglais », s’est amusé Eric Xu, en chinois, mardi.

Connecter les villes

Huawei ne travaille pas seulement sur l’intelligence artificielle pour le grand public. Très présent sur le marché des « smart cities » (les « villes intelligentes ») et de la sécurité, il propose déjà certains usages. À Shenzhen, sa « Safe City Solution » mélange par exemple intelligence artificielle et reconnaissance faciale pour permettre aux autorités de résoudre plus rapidement et plus facilement les incidents. Lors de l’enlèvement d’un enfant, le système a par exemple permis, grâce à la reconnaissance faciale, de localiser l’enfant en quelques heures et de retrouver, ensuite, le kidnappeur. D’après la marque, le taux de résolution des affaires aurait augmenté de 50% et les incidents baissé de 18% après la mise en place de cette solution dans la ville.

La technologie pourrait également participer à la réduction des bouchons. Grâce à des caméras présentes au niveau des feux de circulation, l’intelligence artificielle permet en effet d’adapter la durée de chaque feu. Aux heures de grande circulation, le système pourrait par exemple décidé de laisser le feu vert pour les véhicules plus longtemps afin de fluidifier le trafic. A l’inverse, lorsque beaucoup de piétons patientent au bord du passage, leur feu pourrait rester vert plus longtemps.

Des enjeux importants

Si Huawei mise autant sur l’intelligence artificielle, c’est que le groupe estime que sa croissance sera exponentielle dans les années à venir. Alors que seulement 5% des entreprises utilisent cette technologie aujourd’hui, elle devrait être 86% en 2025, d’après les prévisions du groupe. « Le taux d’adoption des assistants intelligents devrait atteindre 90% en 2020 et permettre aux gens de faire plus que tout ce qu’ils ont pu imaginer jusqu’à présent », a promis Eric Xu. L’intelligence artificielle pourra aussi aider les gens atteints de handicap. « Les 39 millions de malvoyants pourront avoir une vie normale grâce à un casque qui détecte ce qu’il se passe autour d’eux et qui sera bientôt disponible », poursuit-on chez Huawei. Un début prometteur alors que l’émergence de nouveaux usages pour l’IA est permanente.

Un smartphone 5G en 2019. Malgré l’accent mis sur l’intelligence artificielle, Huawei a profité de sa conférence pour confirmer le travail en cours sur son premier smartphone 5G. « Il sera disponible au troisième trimestre 2019 », a annoncé Eric Xu. Au vu du calendrier, il devrait s’agir du Mate 30, le modèle le plus haut de gamme de Huawei, qui serait commercialisé entre juillet et septembre 2019, soit dans à peine plus d’un an. En France, l’entrée en service commerciale de la 5G est prévue pour 2020.