13 Juillet 2017

Mais que sont venus faire ces 20 étudiants sur le campus de Huawei à Shenzhen ?

Mais que sont venus faire ces 20 étudiants sur le campus de Huawei à Shenzhen ?

Huawei a sélectionné 20 étudiants dans le cadre de son programme Talents Numériques. Ces jeunes en formation d’ingénieurs spécialisés dans les télécommunications et l’informatique-réseaux se sont envolés le 2 juillet 2017 pour deux semaines en Chine, dont une semaine sur le campus de la marque chinoise à Shenzhen. L’Usine Digitale les a rencontrés sur place.

Ils sont vingt. Ils ont entre 19 et 30 ans. Et ils ont un point commun. Tous ont remporté le concours Talents Numériques 2017 de Huawei(programme « Seeds of the future », en anglais). Le 2 juillet 2017, ces jeunes étudiants de l’Insa Lyon, de l’IMT Lille-Douai, de l’ENSEA, de Centrale Supelec et de la Web@cademy se sont envolés pour la Chinepour deux semaines.

IMMERSION DANS LA CULTURE CHINOISE… ET CELLE DE HUAWEI

Cours de mandarin, initiation à la calligraphie, découverte de la gastronomie locale, excursion à la Muraille de Chine… La première semaine, les étudiants se sont plongés dans la culture chinoise et les traditions locales à Pékin. La deuxième semaine, direction Shenzhen, le nouveau berceau de la tech du pays. Là, les étudiants ont suivi des cours théoriques et pratiques, sur l’IoT, la 5G et les réseaux notamment, au siège de Huawei… Ils ont également été reçus au sein du tout nouvel incubateur de RocketSpace au coeur du « Tech park » de Huawei, où quelques start-up de la French Tech viennent de s’installer. L’occasion, d’ailleurs d’échanger avec Christophe Branchu, à l’inititiative du hub French Tech de Shenzhen, sur les bonnes pratiques pour aborder le matrché chinois et d’y implanter.

Il s’agit de la 8e édition de Talents Numériques, programme international destiné aux ingénieurs spécialisés dans les télécommunications et l’informatique-réseaux et, depuis 2015,  à quelques étudiants de la Web@cadémie. Objectif pour Huawei : sensibiliser les étudiants de tous pays à la culture et au marché chinois, aux nouvelles tendances techno… et bien sûr à l’essor de Huawei et à ses ambitions. « L’idée est vraiment de travailler la notoriété de la marque auprès de ce public », explique Laura Louis, en charge de la RSE chez Huawei France.

SE FROTTER À L’AVIS D’EXPERTS DE LA TECH

Quelques étudiants en pleins travaux pratiques au sein d’un lab de Huawei

Pour la première fois cette année, les étudiants français ont dû « pitcher » pendant 2 minutes leur projet (« une solution innovante pour répondant aux enjeux sociétaux liés à la transformation numérique ») devant un jury de professionnels lors d’un bootcamp organisé en mars. L’occasion d’échanger avec des experts pour affiner leur projet. Et d’être confrontés à l’avis de professionnels.

Pour certains, c’est d’ailleurs ce concept qui les a incités à candidater. « Je voulais avoir l’avis de professionnels sur mon idée de dressing intelligent à domicile », avoue Paula Menendez,  passionnée de technologie et de mode. Si elle est bien consciente que des solutions existent déjà, sa sélection l’a rassurée dans son projet. « Avec ce voyage, j’ai pu me rendre compte que toutes les opportunités qu’offre l’IoT. Mon projet me passionne et je pense qu’il y a du potentiel. » D’ailleurs, elle semble bien décidée à créer sa start-up à Paris dès l’automne.

Idem pour cet étudiant de Centrale Supélec, en fin de deuxième année : « A Supélec, nous sommes énormément sollicités pour participer à des concours. Il n’y a pas toujours d’engouement, exprime Antoine Francon. Mais dans le cadre d’un projet long, les profs nous avaient fortement incités à ce type de concours ». Arrivé au bootcamp, le jeune ingénieur qui travaille sur un projet de système de ramassage intelligent des déchets a été séduit par le programme. Et s’est pris au jeu.

DÉVELOPPER DE NOUVELLES CONNAISSANCES

« C’est bien pour le CV », exprime quant à lui Mehdi Charqi, éudiant à l’IMT Lille-Douai. Mais s’ils suivent tous un cursus numérique, tous n’ont pas le même parcours ni les mêmes enjeux. Notamment les étudiants de la Web@cademy. Pour Brian Boudrioux, qui a repris ses études à 23 ans, participer à ce voyage est « une chance inouïe ». « Huawei est une entreprise technologique qui est en train d’exploser. Je savais qu’on allait voir des choses innovantes. Par exemple, le cours pratique sur le hardware et le réseau 4G », affirme ce jeune plein d’énergie qui rêve d’un avenir meilleur. Et d’ajouter : « Le fait d’être entouré d’étudiants ingénieurs m’enrichit : ça m’ouvre à plein de nouvelles connaissances ».

Au-delà de la découvertes de la culture et des traditions chinoises, tous les étudiants se disent avoir été frappés par le bouillonnement de Shenzhen en matière de nouvelles technologies. Désormais en année de césure, Antoine doit chercher un stage à l’étranger de mars à octobre 2018 et  semble bien prêt à détecter des offres à Shenzhen. « Je n’étais jamais allé en Asie. Je m’aperçois qu’à Shenzhen les choses bougent, qu’il y a des investissements et des choses à prouver ».

PARI RÉUSSI POUR HUAWEI

Le bilan pour Meriam Skalli, en 5e année à l’IMT Lille-Douai, est clairement positif : « En cours, on a fait un peu de télécom, abordé un peu la 4G et la 5G, mais là c’est du concret. Je vois tout ce que Huawei a fait. Ce ne sont pas que des mots ».  Car si tous avaient entendu parler des smartphones de la marque, la plupart ne connaissait pas les activités BtoB de Huawei.  « Il est certain que ce programme nous permet d’avoir des ambassadeurs de la marque », avoue Walter Jenning, VP Communications de Huawei. Seul petit regret pour certains : « Les cours mériteraient d’être encore plus approfondis… »

Dernière étape du séjour : une réception à l’ambassade de Pékin ce samedi 15 juillet 2017 où une soirée de gala les attend, réception durant laquelle ils devront monter sur scène pour une prestation typiquement française.