Télécoms : Huawei à la conquête de l’Europe

Télécoms : Huawei à la conquête de l’Europe

Le géant de Shenzhen compte sur son implantation en France pour accélérer son développement. Par Marie-Pierre Gröndahl

Numéro trois mondial derrière Apple et Samsung dans les Smartphone, avec une part de marché estimée à 12 % en Europe de l’Ouest, Huawei s’affirme aussi comme un acteur global du secteur, en ciblant les entreprises comme les consommateurs. Le groupe chinois de 180 000 employés s’impose dans la vente de réseaux de télécoms et travaille avec plus de 200 partenaires et fournisseurs français, dont Orange, Bouygues, Thales ou Accenture.

Il réalise 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires en France : « Nous y sommes le premier employeur chinois, avec un millier de salariés, et nous y avons créé plusieurs milliers d’emplois indirects », souligne Shi Weiliang, 36 ans, directeur général de la filiale tricolore depuis 2017, bilingue et diplômé, entre autres, de Neoma Business School, Reims.

Le groupe a également installé ici quatre centres de recherche et développement, sur les 14 implantés en Europe. « Dans les Smartphone, Huawei connaît une forte croissance au premier trimestre 2018 sur tout le Vieux Continent, mais détient des positions plus solides en Italie et en Espagne qu’en France – où il se classe 4e, avec un peu moins de 10 % des ventes – et en Grande-Bretagne », explique un analyste spécialisé.

« Le marché européen est très important pour nous, et la France en particulier », dit Shi Weiliang

Avec ses téléphones P20, orientés haut de gamme (le plus cher coûte 899 euros), l’entreprise a besoin de renforcer sa marque face à Apple (iPhone X) et Samsung (Galaxy S9), tout en continuant de tenir à distance ses deux rivaux chinois (Xiaomi et Oppo). D’où de lourds investissements nécessaires en Europe, d’autant que Huawei, fondé en 1987, ne vend pas de téléphones portables sur le marché américain – pourtant de loin le plus rentable dans le segment « luxe », au-dessus de 500 euros. « La concurrence s’intensifie en Europe, ajoute-t-on chez l’un des grands opérateurs français, car la période de croissance débridée des Smartphone s’estompe pour laisser la place à une phase plus cyclique. Conquérir des parts de marché deviendra donc plus difficile. »

« Le marché européen est très important pour nous, et la France en particulier », confirme Shi Weiliang, qui souligne que la concentration s’intensifie parallèlement côté opérateurs : « On en comptait 500 mondialement il y a trois ans et seulement 250 aujourd’hui », précise-t-il. Le patron de Huawei France multiplie aussi les efforts pour conquérir la clientèle de grands groupes aux prises avec les défis de la transformation numérique – un marché gigantesque – ou se renforcer dans les services du « cloud » (stockage et accès aux données par Internet), comme avec Carrefour, Auchan ou encore PSA, pour qui Huawei a conçu une voiture connectée. Dans quelques jours, c’est en partenariat avec Bouygues Telecom que l’entreprise va tester le premier réseau 5G à Bordeaux.